Réouverture des écoles : modalités pratiques et conseils dans les domaines clés (3/3)

Le Gouvernement a engagé un processus progressif de déconfinement scolaire à partir du 11 mai. Restauration scolaire, gestion des flux, nettoyage des locaux… des modalités pratiques doivent être appliquées et des pistes de solutions peuvent être envisagées.

Dans cette série sur la réouverture des écoles, vous trouverez plusieurs articles :

Tous Politiques apporte quelques réponses, non exhaustives, pour vous orienter dans le processus de réouverture des écoles. Les informations seront régulièrement mises à jour en fonction de l’évolution de la situation.

Restauration scolaire

Les modalités pratiques émises par le ministère (liste non exhaustive) :

  • Réorganiser la restauration scolaire de manière à respecter les gestes barrières 
    • En cas de restauration à la cantine : éviter les files d’attentes et les croisements entre élèves ;
    • En cas d’impossibilité de restauration dans les lieux habituels : organiser la restauration dans une salle de classe sous la surveillance d’un adulte et sous forme de plateaux ou paniers repas dans le respect de la chaîne du froid ;
    • En cas d’impossibilité logistique de faire livrer des plateaux / paniers repas dans le respect des consignes sanitaires ou de la chaîne du froid : les parents peuvent fournir les repas à leurs enfants.
  • Organiser le lavage des mains avant et après chaque repas ;
  • Nettoyer le matériel et les équipements communs (tables, les chaises) et aérer le local/salle de classe avant et après le repas ;
  • Adapter la distribution des repas et des couverts pour limiter les contacts (les enfants peuvent par exemple apporter leur propre gourde ou bouteille d’eau afin de limiter les contacts) ;
  • Rappeler les gestes barrière aux élèves au début de chaque repas (ne pas partager de la nourriture, de l’eau, des couverts, etc.).

Ils l’ont fait ! La commune de Giroussens (Tarn) a mis en place un partenariat avec un restaurant local qui fournira chaque jour des plateaux repas « jetables » aux enfants (à prix constant pour les familles). Afin de sécuriser les repas, les élèves se restaureront en classe. Les plateaux repas seront cuisinés par le restaurateur dans une cuisine centrale de l’école afin d’éviter les transports.
L’avantage ? Ces plateaux permettent une économie de temps sur le nettoyage de la vaisselle et sur les services à table. De fait, les employés de la restauration scolaire pourront se concentrer sur le respect des gestes barrières durant les heures de restauration. La mairie ne recrutera pas de personnel supplémentaire pour la gestion des repas. Bien entendu, chaque collectivité est spécifique et devra ajuster en fonction de ses besoins et de ses capacités.

Si vous souhaitez mettre en place une initiative similaire au sein de votre commune, soyez vigilant sur certains points. La fabrication de repas scolaires par un restaurant dans une cuisine centrale nécessite l’accord des laboratoires d’hygiène départementaux. De plus, c’est une délégation de service public : une convention doit être signée. Cependant, les marchés d’un montant inférieur à 40 000 € HT ne nécessitent pas de formalités préalables (depuis le 1er janvier 2020). Si la cuisine scolaire a été transférée à une intercommunalité la convention devra être signée par cette dernière.

Gestion des flux à l’intérieur et en dehors de l’établissement 

Les modalités pratiques émises par le ministère (liste non exhaustive) :

  • Placer un ou plusieurs accueillants à l’entrée de l’école pour filtrer les flux de personnes ;
  • Dissocier les flux d’entrée et de sortie si la configuration des locaux le permet. Sinon, un sens prioritaire de passage doit être défini ;
  • Installer une signalétique facile à comprendre et visible à l’intérieur et en dehors de l’école pour maintenir la distanciation (panneaux, fléchages, marquage au sol, barrières, etc.) ;
  • Maintenir les portes d’entrée ouvertes pendant l’accueil pour limiter les points de contact ;
  • Limiter la circulation hors temps de classe dans les bâtiments (en décalant les horaires de pause ou en organisant les récréations par groupes de classes par exemple).

Pour gérer au mieux les flux, des actions ont été envisagées par certaines communes :

  • Utilisation de la totalité des accès de l’établissement avec des entrées organisées par niveau de classe pour éviter les rassemblements ;
  • Mise en place d’emplois du temps à « mi-temps » en accueillant les élèves uniquement 2 jours sur 4, ou une semaine sur deux, sous réserve qu’une solution d’accueil soit assurée les autres jours de la semaine, en temps périscolaire, et organisée par la mairie.
    A noter : L’organisation par demi-journée n’est pas recommandée ;
  • Mise en place d’un accueil progressif selon des catégories d’élèves considérées comme prioritaires.

Nettoyage et désinfection des locaux

Les modalités pratiques émises par le ministère (liste non exhaustive) :

  • Si les lieux ont été fréquentés dans les 5 derniers jours, un nettoyage intensif doit avoir lieu. Les écoles qui n’auraient pas fait l’objet de ces mesures de préparation avant la date de rentrée ne peuvent pas accueillir les personnels et les élèves ;
  • Réaliser le nettoyage et la désinfection des sols au minimum une fois par jour ;
  • Désinfecter plusieurs fois par jour les surfaces et objets fréquemment touchés (lavabos, interrupteurs, poignées de porte, rampes d’escalier, matériels pédagogiques, etc) ;
  • Aérer régulièrement les locaux (lors de la récréation, après le déjeuner, après le nettoyage…).

Certaines communes vont opter pour une surveillance à temps plein des sanitaires. Une ou plusieurs personnes seraient chargées de désinfecter les surfaces et objet fréquemment touchés après passage ou usage (robinets, lavabo, poignées de porte, …), d’inculquer et superviser le lavage des mains et de veiller au respect des consignes de distanciation.

De manière générale, la réouverture des écoles est vraisemblablement conditionnée par la capacité des écoles à assurer ces tâches de nettoyage.

Gestion des agents de la collectivité

Afin de répartir au mieux la charge de travail du personnel, certaines communes ont choisi de prôner la polyvalence et la solidarité entre agents.

A titre d’exemple, en cas de réorganisation de la restauration scolaire (restauration en classe) ou de suppression de l’ALAE (Accueil de Loisirs Associé à l’École), les personnels en charge de ces activités pourront être affectés à d’autres tâches. En outre, les Agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) pourront être chargés de la désinfection et du nettoyage des classes.

La commune, selon ses capacités budgétaires, pourra soit payer des heures supplémentaires soit recruter des contractuels en renfort.

Ce contenu a été préparé par Philippine Gayraud de l’équipe Tous Politiques ! Il a pour objectif d’apporter des éléments d’informations aux élus mais ne se substitue en aucun cas aux sources officielles nationales ou locales avec lesquelles les élus sont en contact au quotidien. Il a par ailleurs été mis à jour pour la dernière fois le 06 mai 2020.

Share This