Un EcoQuartier pour redynamiser le cœur d’un village

Volonne
Alpes-de-Haute-Provence
Volonne
Alpes-de-Haute-Provence

Les plus :

Opportunité écologique et socio-économique
Intégration d’un tissu urbain existant en le modernisant
Participation active des habitants

Les élus :

L’initiative en bref

En 2009, l’Etat a lancé le premier appel à projets EcoQuartier, qui s’est concrétisé en 2012 par la création d’un label national dédié. La commune de Volonne (1 700 habitants) s’est lancée dans cette démarche en 2014 en créant un écoquartier autour de son centre existant : une réelle opportunité de réduire l’étalement urbain, développer l’offre de services autour de la santé et de l’enfance notamment et dynamiser son centre de village !

La ville de Volonne a longtemps été confrontée à de nombreuses difficultés qui affaiblissaient sa vitalité historique et son dynamisme économique : fermeture de nombreux commerces de proximité et de plusieurs classes, fragilisation de sa situation financière (entrée en réseau d’alerte), départ d’un médecin généraliste et d’un dentiste… Afin de répondre à ces enjeux, la commune s’est lancée dans un projet d’écoquartier : un aménagement durable conjuguant harmonieusement le patrimoine historique et la modernité !

Ce projet s’articule autour de plusieurs réalisations : création d’une Maison de santé et de 22 logements sociaux à très haute qualité environnementale labellisés Bâtiment Durable Méditerranéen (BDM), extension et réhabilitation d’une crèche (amélioration de l’accessibilité et de l’isolation thermique), création d’un nouveau restaurant scolaire construit en ossature en bois et de nouvelles places de stationnement, réalisation d’un réseau de chaleur bois/gaz pour alimenter 80% des bâtiments communaux et passer au chauffage au bois, mise en place d’espaces extérieurs (place, jardins partagés, jeux pour enfants, etc)…

Quelle méthode ?

Outils utilisés : la commune a utilisé un certain nombre d’outils d’aménagement : le projet urbain partenarial (PUP), groupement de commandes avec le bailleur social (permet une sécurisation juridique), la modification du PLU…

Marge de manœuvre : bien que la commune ne soit pas compétente dans certains domaines (gestion des déchets, énergie, petite enfance…) dévolus à l’EPCI ou encore à la Région, l’échelon communal a sa carte à jouer ! En matière de déchets, un grand nombre d’actions peuvent par exemple être portées par la commune : mise en place de bennes pour susciter l’apport de déchets végétaux, aménagement de Points d’Apports Volontaires pour le tri des déchets, création de points compost, sensibilisation des habitants, mise en place du tri au sein des services municipaux… La commune doit avant tout donner l’exemple auprès des agents et des habitants et insuffler un mouvement. Pour d’autres actions (ex. rénovation des bâtiments, dés-imperméabilisation des sols), la commune a travaillé en partenariat avec d’autres acteurs.

Financement et acteurs mobilisés : la ville a déposé une quarantaine de dossiers de subvention et de partenariat pour en obtenir 32. Le projet regroupe de nombreux partenaires : l’Etat (DETR et FNADT), Habitation Haute Provence (logements HLM), la Région, le Département, la CAF, l’ADEME, les Fonds européens (FEADER, LEADER), la Banque des Territoires… Un comité des financeurs a également été créé. La commune a par ailleurs mobilisé les habitants tout au long de la phase de conception et la phase de réalisation.

Chiffres clés :

  • 7 millions d’euros de budget global : une somme colossale pour une commune de moins de 2 000 habitants !
  • 1 800 mètres carrés de surface de planchers créés
  • 2,4 hectares de surface en travaux

Résultats environnementaux et socio-économiques :

  • Lutte contre la désertification médicale dans le quartier : déjà 25 professionnels de santé se sont installés dont 3 médecins généralistes.
  • Moins de turnover sur les logements sociaux
  • Création de berceaux supplémentaires et augmentation du nombre de repas servis dans les écoles
  • Revitalisation des commerces : installation d’une épicerie bio dans le village
  • Nouvelle vitalité sociale grâce aux espaces conviviaux qui favorisent les rencontres.
  • Création d’un terreau pour l’émergence de projets participatifs et collectifs (création de jardins familiaux, d’un compost collectif ou encore d’un poulailler de quartier…)

En savoir plus

Sandrine Cosserat (Maire)
contact@touspolitiques.fr

contact@touspolitiques.fr

Share This