Le conseil bimensuel des associations

Halluin
Nord
Halluin
Nord

Les plus :

Mise en place d’une instance de dialogue avec les associations afin de créer des partenariats continus et efficaces
Création de synergies et mise en place de solutions transversales
Rapide à mettre en œuvre

Les élus :

L’initiative en bref

Afin de répondre au mieux aux besoins des plus précaires en cette période de crise sanitaire et coordonner les actions caritatives sur le terrain, la commune d’Halluin (Nord) a mis en place un conseil bimensuel réunissant les associations du territoire ! Une initiative lancée par Karim Chigri, 3ème Adjoint à la Vie associative, à l’économie sociale et solidaire de la commune.

La commune et les nombreuses associations de la ville n’avaient pas toujours pour coutume d’échanger régulièrement. La ville a donc décidé de revoir ses pratiques en installant une vraie instance de dialogue afin de réintégrer toutes les associations à la discussion et créer des partenariats sûrs et efficaces !

Ces réunions dédiées visent un double objectif :

  • Créer du lien entre la collectivité et les associations afin de recenser leurs besoins 

Au-delà des subventions annuelles accordées par la commune, la collectivité a choisi d’accompagner les actions des associations de différentes manières : apport d’ingénierie, mise à disposition de locaux et de véhicules, mise en réseau avec des acteurs structurants sur le territoire…

A titre d’exemple, les bénévoles de la commune sont principalement des seniors. Afin de ne pas les exposer à des risques, la ville a mis à disposition d’une des associations un agent communal afin de prêter main forte. Elle a également fourni un véhicule à la Banque Alimentaire afin de gérer au mieux les demandes croissantes de denrées.

  • Créer du lien entre les associations du territoire et déployer des synergies   

Ces temps collectifs s’articulent autour de défis précis et permettent de réunir des associations insoupçonnées, intéressées pour relever ces enjeux (ex. création de synergies entre des associations culturelles et sportives, et des associations sanitaires). Un bon moyen de ne pas réduire le dialogue aux présumées associations agissant sur la thématique et de réunir les structures qui n’ont pas pour habitude de travailler ensemble !

A titre d’exemple, ces réunions ont permis de créer des liens entre l’épicerie solidaire, vendant des denrées alimentaires aux personnes en difficulté, et l’association d’entraide alimentaire de la commune, qui fournit des colis de denrées aux personnes en situation de grande précarité. Faute de pouvoir produire assez de colis, l’entraide alimentaire a sollicité l’aide de l’épicerie solidaire, qui a pris le relais.

Quelle méthodologie ?

Deux fois par mois, l’adjoint en charge de la vie associative réunit les associations volontaires autour de la table afin de faire un point d’étape sur les actions menées et d’identifier leurs besoins. Ces temps sont aussi l’occasion d’échanger sur les actions qui peuvent être regroupées et de partager les bonnes pratiques menées sur le terrain.

Ensuite, l’équipe municipale a pour coutume de se réunir afin de décider collectivement des nouvelles mesures et aides matérielles à fournir aux différentes associations en fonction des besoins recensés durant ces réunions (quelle mise à disposition de personnel, de véhicule ou de salle communale afin de soulager au maximum les afflux de bénéficiaires ?).

Un cadre de dialogue inclusif ne s’improvise pas : transversalité, co-construction et dialogue produisent toujours des résultats et des solutions à impact ! La commune a donc déployé une méthodologie simple pour échanger avec les associations, qui a vocation à perdurer dans le temps.

En savoir plus

Karim Chigri
karim.chigri@free.fr

contact@touspolitiques.fr

Share This