Les plus démunis : les mesures d’urgence du Gouvernement

La solidarité s’organise pendant la période de confinement. Pour ne pas mettre en danger les plus démunis, qui sont confrontés au virus, le Gouvernement a pris une série de dispositifs.

Le Gouvernement organise la solidarité, en étroite collaboration avec les collectivités locales, selon trois grands axes, présentés ci-dessous.

Mettre à l’abri les plus fragiles

  • Nouveau – La trêve hivernale est repoussée jusqu’en juillet 2020, ce qui signifie qu’il n’y aura pas d’expulsions locatives jusqu’à cette date et que les 14.000 places hivernales restent ouvertes.
  • 88 sites d’hébergement d’urgences ont été ouverts à la mi-avril afin de pouvoir héberger les personnes en situation de plus grande précarité, de détresse médicale, psychique ou sociale ; malades non graves du COVID-19. Les sites, identifiés en lien avec les préfectures et les agences régionales de santé, sont disponibles ici.
  • 10 600 places dans des chambres d’hôtel ont été réquisitionnées depuis le début du confinement, pour y loger 177 000 personnes sans domicile fixe (au 22 avril 2020) pour un budget de 65 millions d’euros.

Permettre à chacun de vivre dignement

  • Nouveau – versement d’une aide de 200€ à plus de 800 000 jeunes de moins de 25 ans qui auraient perdu leur emploi ou vu leur stage prendre fin. L’aide sera ouverte, à partir de juin, aux jeunes touchant les APL.
  • NouveauVersement automatique d’une aide exceptionnelle pour les foyers les plus modestes, le 15 mai 2020 par les caisses d’allocations familiales, les caisses de la mutualité sociale agricole et Pôle Emploi (4,1 foyers et près de 5 millions d’enfants concernés)
    • Foyers allocataires du revenu de solidarité active (RSA) ou de l’allocation de solidarité spécifique (ASS) : aide de 150€ + 100€ par enfant à charge
    • Familles bénéficiaires des allocations personnalisées au logement (APL) et qui ne touchent ni le RSS ni l’ASS : 100€ par enfant à charge

Accompagner les plus vulnérables via l’aide alimentaire

  • Nouveau – Soutien d’urgence à l’aide alimentaire. Un plan de 39 millions d’euros a été débloqué par le Gouvernement, fin avril. Un fonds prévu pour financer deux piliers :
    • Un soutien financier aux associations chargées de l’aide alimentaire, à hauteur de 25 millions d’euros et dont l’activité est essentielle dans la lutte contre la précarité. Ces 25 millions d’euros permettront de faire face à l’augmentation de la demande (achats de denrées via l’Etat et les associations). Ce soutien sera versé en fonction des besoins, département par département.
    • Une aide alimentaire d’urgence à des territoires en souffrance, à hauteur de 14 millions et à destination des familles en difficultés et des personnes seules. Cette aide prendra la forme de chèques d’urgence alimentaire dont les préfectures auront la charge de la répartition et les centres d’action sociale des communes leur distribution. Au total, 2,9 millions de chèques seront distribués pour une utilisation dans les supermarchés.
  • 15 millions d’euros ont été débloqués pour financer les chèques services pour venir en aide aux sans abris. Depuis, ce sont plus de 90 0000 personnes qui bénéficient de ce dispositif
  • L’activité des maraudes est maintenue selon un format adapté en mode dégradé afin de respecter au mieux les mesures barrières.

Collectivités, vous pouvez mobiliser les associations. Vous êtes les garants de l’organisation de la solidarité dans votre commune.

Liens complémentaires :
Livret LaREM : les mesures pour faire face à la crise

Ce contenu a été préparé par Chloé Lefèvre de l’équipe Tous Politiques ! Il a pour objectif d’apporter des éléments d’informations aux élus mais ne se substitue en aucun cas aux sources officielles nationales ou locales avec lesquelles les élus sont en contact au quotidien. Il a par ailleurs été mis à jour pour la dernière fois le 07 mai 2020.

Share This