Comment monter un dispositif « vacances apprenantes » dans sa commune ?

Le 12 juin 2020, le Gouvernement a lancé l’opération « vacances apprenantes » afin de permettre aux enfants, du primaire au lycée, de pouvoir bénéficier d’un renforcement des acquis et de participer dans le même temps à des activités sportives, culturelles et d’éducation citoyenne. Retour sur ce dispositif.

L’opération en bref

Mauvais équipement numérique, difficultés économiques, encadrement insatisfaisant… le confinement a révélé de fortes inégalités notamment quant à la continuité de l’éducation des jeunes. L’Education nationale aurait perdu le contact avec près de 4% des élèves soit 500 000 jeunes. Afin de ne laisser aucun élève sur le côté et offrir au maximum d’enfants des activités ludiques et pédagogiques, le Gouvernement a mis en place une nouvelle opération : « Vacances apprenantes » qui se décline sous quatre dispositifs :

  • A travers le dispositif « école ouverte » qui permet d’accueillir dans les établissements des jeunes de zones défavorisées qui ne peuvent pas ou peu partir en vacances pour leur proposer un programme équilibré associant renforcement scolaire et activités sportives et culturelles.
  • A travers le dispositif « école buissonnière » qui permet à des élèves, du CP à la terminale d’aller dans des écoles ouvertes en zone rurale ou littorale pour découvrir la nature et le patrimoine local.

Ces deux dispositifs peuvent être organisés par les directeurs d’école et les chefs d’établissements qui se chargent de proposer un projet, en lien avec leur inspection générale. Les communes peuvent avoir un rôle d’accompagnateur en mettant à disposition leurs locaux, mais ne jouent pas de rôle dans l’organisation.

  • A travers le dispositif « Accueils de loisirs apprenants », qui permet à un maximum d’enfants de fréquenter ces accueils.Une aide ponctuelle exceptionnelle de 30 millions d’euros sera proposée aux collectivités afin de faciliter leur ouverture, d’augmenter leurs capacités d’accueils ou de renforcer les contenus pédagogiques.

Ce dispositif se caractérise essentiellement par une aide financière aux collectivités.

  • A travers le dispositif « colos apprenantes », qui permet aux jeunes de renforcer leurs savoirs et leurs compétences dans un cadre ludique et de préparer la rentrée dans de bonnes conditions.
    • Quand ? Ces colos se dérouleront du 4 juillet au 31 août, sur une période minimum de 5 jours.
    • Où ? Si vous souhaitez mettre en place ce dispositif au sein de votre collectivité, il est possible de varier les lieux d’accueil : centres de vacances, locaux de la collectivité, internats, hôtels, centres sportifs proposant des hébergements, camps sous tente…
    • Pour qui ? Le dispositif concerne en priorité les jeunes scolarisés (3 à 17 ans) et les jeunes les plus exposés aux effets de la crise sanitaire : les jeunes domiciliés en quartiers « prioritaires de la ville » ou en zones rurales ; les jeunes issus de familles isolées, monoparentales ou en situation socio-économique précaire ; les enfants en situation de handicap ; les enfants de personnels en première ligne de la crise ; les enfants issus de familles ne disposant pas de connexion internet suffisante pour l’enseignement à distance ; les mineurs accompagnés par la protection de l’enfance (qui feront l’objet d’une attention particulière).

Les collectivités disposent cependant d’une marge de manœuvre et sont libres d’identifier et d’inscrire des mineurs ne relevant pas des catégories susmentionnées. Pour les jeunes qui n’auront pas été identifiés par la collectivité, ils ne pourront pas bénéficier de l’aide financière de l’Etat (cf. ci-dessous). Ils peuvent cependant mobiliser des aides de droit commun (aides de la CNAF, VACAF…).

A noter : Une aide d’Etat pouvant atteindre 80% du coût moyen du séjour (plafonnée à 400€ par enfant et par semaine) sera accordée aux collectivités. La collectivité qui bénéficie de la labellisation s’engage à prendre en charge 20% du coût du séjour au minimum (plafonné à 500 euros pour 5 jours), avec la possibilité d’une participation symbolique des familles.

Ce dernier dispositif peut être porté par les collectivités locales, ou les centres de vacances agrées, en partenariat avec le secteur privé ou les associations.

Focus : Comment monter un projet de « colos apprenantes » ?

Les collectivités peuvent en effet organiser leur propre séjour à condition de respecter un certain nombre de conditions.

Etape 1 : identifier et répertorier les acteurs des territoires mobilisables pour participer au dispositif

Une multitude d’intervenants peuvent en effet participer à ce dispositif : animateurs diplômés, étudiants, entreprises locales, accompagnants scolaires, professeurs volontaires, parent bénévole diplômé, artistes et professionnels de la culture… A vous de les identifier et de les mobiliser !

  • A partir du Centre communal d’Action Sociale (CCAS) :
    • Répertoriez les associations spécialisées dans les domaines suivants : développement durable et transition écologique ; arts et culture ; activité physique et sportive ; sciences, innovations et numérique ; découverte et approfondissement des langues étrangères
    • Identifiez les familles bénéficiaires
  • A partir des directeurs d’écoles et des chefs d’établissements :
    • Faites connaître le dispositif et ses objectifs
    • Déterminez la possibilité d’utiliser les locaux (si l’établissement n’est pas déjà engagé dans l’initiative « école ouverte »)
    • Identifiez avec eux quels personnels éducatifs seraient volontaires et mobilisables, et sur quelle période
  • A partir des bibliothèques, médiathèques et centres culturels :
    • Identifiez les acteurs mobilisables
    • Identifiez des activités culturelles envisageables (lecture, aide au numérique, théâtre…)

Prenez le réflexe de prendre les contacts des personnes intéressées par le projet.

Etape 2 : déterminer le contenu et la feuille de route des « colos apprenantes »

  • Organisez une table ronde avec les acteurs précédemment identifiés afin de déterminer les animations possibles ;
  • Veillez au respect des critères de labellisation. Pour en savoir plus, sur ces critères, retrouvez le cahier des charges « Colos apprenantes »– les critères sont listés en page 1.
  • Déterminez le nombre d’élèves visés et lancez le formulaire d’inscription pour les familles

Ils l’ont fait ! Les ateliers pédagogiques proposés par un professeur et un conseiller municipal de Gournay-en-Bray (Seine-Maritime)

Jour 1 :
> Matinée : accueil des enfants et détermination de leurs besoins et répartition de groupes et des classes d’âges
> Après-midi : temps de loisirs (à déterminer)

Jour 2 – selon les besoins des élèves et des groupes :
> Matinée : ateliers pédagogiques et soutien scolaire. 3 groupes différents ont été proposés : un atelier « savoirs fondamentaux » pour les élèves de CP/CE1 et les collégiens (prévention des échecs précoces en lecture et écriture ; un atelier « maintien des acquis » pour les élèves ayant eu des difficultés à effectuer la classe à la maison (reprise des séquences d’enseignement scolaire réalisées pendant l’année. Des adultes encadrants ont apporté leur aide)  ; un atelier « tutorat lycée et collégien » pour les élèves en situation de décrochage ou ne parvenant pas à déterminer sur quelle voie ils souhaitent s’orienter (soutien pour travailler sur leur projet d’orientation. Dans l’idéal, ces ateliers doivent être encadrés par des personnes issues de milieux professionnels divers, ou d’anciens étudiants venant témoigner de leur parcours. On peut envisager un atelier CV, lettre de motivation, détermination des qualités et compétences… selon l’âge des élèves)
> Après-midi : temps de loisirs (à déterminer)

Etape 3 : lancer des actions de communication et de promotion

  • Sur le site internet de la commune ou des associations partenaires
  • Sur les réseaux sociaux
  • En lançant un communiqué de presse dans les journaux locaux
  • Sur la plateforme numérique « colos apprenantes »

Etape 4 : solliciter des soutiens financiers

  • Une fois la feuille de route établie, tournez-vous vers votre préfecture : ce sont en effet les IA-DASEN dans chaque département et les services préfectoraux qui lancent un appel à manifestation d’intérêt auprès des collectivités locales et qui attribuent la labellisation. Ils pourront ainsi vous aider pour l’obtenir.
  • Faites votre demande de labellisation de séjours à l’aide d’un dossier en ligne sur le site dédié. Les préfectures et les IA-DASEN ont la charge d’évaluer les projets renseignés sur la plateforme et d’attribuer le label. Un tutoriel a été réalisé pour accompagner les organisateurs. 

Pour en savoir plus :

Share This