Boîte à outils : soutien aux commerces de proximité et aux TPE/PME

Entre fermeture pour certains et baisse de l’activité pour d’autres, la deuxième vague de confinement inquiète les commerçants et petites entreprises, déjà fragilisés par le premier confinement. Alors que le Gouvernement propose des mesures à l’échelle nationale pour les soutenir, il revient aux exécutifs locaux de décliner localement ces mesures afin d’apporter des solutions aux acteurs de proximité.

Les conseils de Tous Politiques pour soutenir les commerces et entreprises sur votre territoire !

  • DONNER DE LA VISIBILITE AUX ENTREPRISES ET COMMERCANTS LOCAUX
  • Tenir à jour la liste des commerçants restants ouverts et la diffuser sur le site de la commune et de l’EPCI, sur les réseaux sociaux ou sur le journal municipal en indiquant les offres alternatives proposées (livraisons à domicile, retraits de commande en boutique, sites de commerce en ligne…) et leurs coordonnées,
  • Mettre en ligne une carte interactive permettant aux habitants de localiser la liste des commerces ouverts près de chez eux,
  • Mettre à disposition des commerçants des panneaux d’information municipaux lumineux et des panneaux d’affichage événementiels pour informer la population des nouvelles offres. Dans un souci d’équité, évitez de les mettre à disposition des grandes surfaces,
  • Mettre à disposition des commerçants des locaux municipaux afin de faciliter le déploiement du « Click and Collect » (cf. ci-après).

Ils l’ont fait ! Des pages Facebook de soutien aux commerçants locaux

> La commune de Tourcoing (Nord) a ouvert une page Facebook « Nos commerçants Tourquennois ». Une initiative pilotée par la Maire de Tourcoing, Doriane Bécue et Christophe Blomme, l’adjoint au maire chargé des commerces et marchés, de la foire et des droits de terrasse, afin de rapprocher les commerçants de proximité des habitants ! Les commerçants restant ouverts ont été invités à signaler leur offre auprès de la mairie via un sondage disponible sur le site municipal. A partir de ces données, les offres alternatives des commerçants sont partagées chaque jour sur la page Facebook.

> A Lagny-sur-Marne (Seine-et-Marne), l’élu Michael Lopez, conseiller municipal minoritaire, a également lancé un groupe Facebook « Le commerce latignacien d’abord » afin de faire le lien entre les habitants et les commerçants qui maintiennent leur activité !

  • AIDER FINANCIEREMENT LES ENTREPRISES LOCALES
  • Création d’un fonds financier territorial, complémentaire au fonds de solidarité de l’Etat, pour soutenir la trésorerie des entreprises (sous forme d’avances de trésorerie remboursables ou de subventions). Ce fonds peut être financé par la région, le département, l’EPCI, la commune et d’autres acteurs (ex. Banque des Territoires).
  • Réduction du loyer en fonction du chiffre d’affaires et de la fréquentation,
  • Informer les commerçants quant aux aides mises à leur disposition et les accompagner pour les utiliser à bon escient. Ex. en tant qu’élu, il peut être utile d’organiser une réunion avec des bailleurs, notaires et gestionnaires de patrimoine afin de leur rappeler le crédit d’impôt de 30% mis en place au profit des bailleurs (cf. article : « Dispositifs gouvernementaux : soutien aux commerces de proximité et aux TPE/PME ») pour les inciter à annuler une partie de leurs loyers
  • Gel ou réduction des taxes perçues par la commune pour les professionnels ayant fermé : droits de redevance d’occupation du domaine public, droits de terrasse, taxe de séjour, taxe foncière, taxe locale sur la publicité extérieure…
  • Distribution de chèques-cadeaux auprès de la population qui seront utilisés dans les commerces de proximité. Quel financement ? Ces bons d’achat peuvent être achetés par la collectivité (par le biais de la commande publique) auprès de l’office du commerce.
  • ACCOMPAGNER LES PROFESSIONNELS LOCAUX DANS LE DEPLOIEMENT DE SOLUTIONS NUMERIQUES
  • Proposer des ateliers numériques, en lien avec l’office du tourisme (ou l’office du commerce)

Les conseils de notre expert !

Cyrille Cointre, manager de centre-ville et formateur pour Tous Politiques ! 

« L’accompagnement à la digitalisation des commerces doit être une priorité absolue pour les élus locaux. Si le premier confinement a permis un certain nombre d’actions en la matière, le deuxième confinement doit permettre une véritable réflexion autour de cette thématique avec les acteurs concernés. Une commission mixte, créée au niveau de l’EPCI et composée des chambres de commerces, d’élus délégués au développement économique, de commerçants, du manager de centre-ville ou encore de consommateurs pourrait être mise en place. L’objectif ? Réfléchir, avec les commerçants, aux offres numériques les plus adaptées à leur besoin et à la manière de les déployer et de les financer. Si une solution doit être privilégiée par les collectivités : créez une plateforme annuaire faisant la promotion des entreprises du territoire et proposez en parallèle, à chaque entreprise, de créer sa propre solution e-commerce. Pour cela, il pourra être opportun de travailler avec un développeur externe pour une meilleure maîtrise des coûts. N’oubliez pas, la réflexion et les supports créés (ex. plateforme locale) doivent avant tout se faire à l’échelle communautaire ! »

.

  • Focus : aider les commerçants de ma collectivité à développer une solution en ligne de proximité (« click and collect »)

Le « click and collect », c’est quoi exactement ? Le « click & collect » permet à un magasin de vendre ses marchandises en ligne et de délivrer la commande à ses clients en magasin, ce qui est possible durant le confinement.

Etape 1 : faire le tour des commerces de proximité, en particulier les magasins de jouets, les libraires/papeterie, les magasins de vêtements, les magasins de cadeaux… pour identifier leurs nouvelles offres.

Etape 2 : leur demander s’ils ont mis en place cette solution. Si non :

  • Evaluer leurs connaissances en communication numérique : ont-ils une page Facebook ?
  • Parler des avantages que représente cette solution. Ex. les ventes réalisées en retrait de commande par les commerces fermés administrativement iront directement dans leur poche, et ne seront pas prises en compte dans le calcul de l’aide au titre du fonds de solidarité ; solution plus rentable que la livraison à domicile…

Etape 3 : les accompagner pour trouver une solution adaptée pour prendre les commandes des clients : mise en place d’une page Facebook, Instagram, d’un formulaire en ligne, inscription sur une place de marché en ligne (ex. Cdiscount, Solocal ou Rakuten donnent tous trois accès sans frais à une solution de « click & collect »), etc.

Etape 4 : insister sur la nécessité de communiquer sur les nouvelles modalités de commande et de vente : affiche sur le magasin, mails ou sms aux clients dont ils ont le contact, utilisation des réseaux sociaux, distribution de tract d’information, etc.

  • CREER UNE EQUIPE DE RESILIENCE

Une instance chargée de piloter le soutien aux entreprises du territoire peut être mise en place. La taille de la ville déterminera le nombre de personnes qui doivent constituer l’équipe. Pour des petites villes le Maire ou son Adjoint au commerce peut suffire. Dans les villes de plus grande envergure, le manager de centre-ville doit être identifié.

  • PREPARER LA SUITE

Pour éviter que les rez-de-chaussée des immeubles restent rideaux fermés en 2021, des actions peuvent être menées, parmi lesquelles :

  • Affecter une personne au redressement du commerce de centre-ville chargée de cibler les aides vers les commerces les plus fragile.
  • Accompagner les foncières commerciales en les aiguillant sur les immeubles et locaux vacants à acheter. En effet, le plan « France Relance » prévoit la création de 100 foncières chargées de rénover des locaux vacants ou des commerces sur le point de fermer afin de les louer à un tarif préférentiel à des commerçants.

Ils l’ont (aussi) fait !

> La commune de Barjols (Var) en partenariat avec les acteurs économiques locaux et l’association des commerçants a créé une plateforme de e-commerce locale pour faire le lien entre les habitants et les commerçants locaux.

> La ville de Nevers (Nièvre) a transformé ponctuellement ses boutiques éphémères en espaces d’information et de retrait de commandes.

> La région Occitanie a mis en place un fonds financier, le « fonds l’OCCAL » pour soutenir les professionnels du tourisme, du commerce local et de l’artisanat avec une aide à la trésorerie sous forme d’avances remboursables.

Les guides et outils utiles à diffuser

Les contacts utiles

Ce contenu a été préparé par Philippine Gayraud de l’équipe Tous Politiques ! Il a pour objectif d’apporter des éléments d’informations aux élus mais ne se substitue en aucun cas aux sources officielles nationales ou locales avec lesquelles les élus sont en contact au quotidien. Il a par ailleurs été mis à jour pour la dernière fois le 13 novembre 2020.

Share This